Action: Pourquoi, Comment choisir et recevoir les graines en fonction de vos sol, METEO et CLIMAT (Réussissent avec peu de connaissances, travail ni organisation!)

Origine de la démarche

Pour mon usage personnel ce fut un très long travail de retrouver toutes ces espèces (parfois à l’étranger) et de les renseigner. Aussi j’ai pensé que ces informations vous seraient utiles, résumées dans le tableau que j’envoie sur demande, et détaillées dans des articles comparatifs, partiellement consultables sur fruitforestier.info.

Continuer la lecture de « Action: Pourquoi, Comment choisir et recevoir les graines en fonction de vos sol, METEO et CLIMAT (Réussissent avec peu de connaissances, travail ni organisation!) »

A ne pas confondre avec les habituels fruits sauvages plus connus et moins goûteux

Ci dessous une liste trouvée sur wiki, des 38 plus connus, mais les 40 variétés de l’article « tarif…bourse aux echanges » sont une sélection de cousins bien meilleurs, des fruits qui pourraient se manger crus en quantité. Si nous répandons ces graines en allant manger (ou semer sciemment) dans les espaces naturels, ces délicieuses autres variétés pourraient devenir plus communes, et la nature plus nourricière. Attention de cuire lorsque cela est conseillé, pour détruire des toxines ou principes anti-nutritifs (dans certaines graines et plus rarement fruits comme le sureau).

Également reproductibles fidèlement par semis, une minorité de cultivars: je les cite dans l’article « …semez… ».

Noix, amandes, chataigner, framboise, prune, peche, abricot, cerise…

Attention ! Certains de ces fruits peuvent être confondus avec des espèces toxiques d’apparence voisine. Ne consommez aucun fruit dont l’identité n’est pas absolument certaine. N.B.: Cette liste n’est pas exhaustive.

tu peux taper une partie du nom dans la fenêtre de recherche interne (sous le menu à droite), et trouver un article sur la variété meilleure à excellente, avec un TABLEAU comparatif des variétés de la même espèce. En cliquant sur les noms (colonne de gauche du tableau comparatif) tu peux voir la photo, ensuite reviens sur thermes-solaires.com avec la flèche « revenir à la page précédente » qui est généralement tout en haut à gauche de ton écran (navigateur).

Fruits rouges[modifier | modifier le code]

Fruits bleus ou violets[modifier | modifier le code]

Fruits verts[modifier | modifier le code]

Fruits noirs[modifier | modifier le code]

myrteola nummularia, meilleur que (amo)myrtus luma (luma apiculata)

myrteola nummularia, mieux que myrtus ugni molinae
Myrteola nummularia, mieux que Myrtus ugni molinae, en taille, goût et tolérance au froid.
Myrteola nummularia (sur la photo) est plus gros que ugni molinae. ce dernier a un goût de baie de genièvre + prononcé.

environ -15°c, (tandis que luma de H.7M tolère -10°C, et ugni molinae -6 à -8°C).

10cm de haut/0,5m de large

soleil. Pourrait apprécier le pied d’un arbre ensoleillé, ombragé à midi, selon http://www.jardinsdugue.eu/encyclopedie-des-plantes/?plante=myrteola-nummularia

persistant; fleurs mai juin, baies nov déc

Tous sols, mêmes secs ou maritimes (182)

Fruits – crus ou cuits. Saveur douce et agréable [2, 105] jusqu’à 1 cm de diamètre, il a une chair juteuse douce et une saveur délicieuse douce aromatique [K]. Produit en fin d’automne et début de l’hiver, très précieux à cette époque de l’année [K]. Les feuilles sont un substitut de thé [177].

myrteola_2
myrtus ugni molinae
ugni molinae: contrairement aux habitudes des fruits en général, cette baie rouge devient rose à maturité

MyrteolaNummularia

Préfère un sol fertile Drainé, Une bonne plante pour les tapis humide, dans les pierres de rocaille, etc [11]. Les plantes de ce genre sont notamment résistantes aux champignons de miel [200].
Tolère les sols secs. Tolère exposition maritime [182]. Rustique cultivées en plein air en Grande-Bretagne, réussit au sud et à l’ouest de Londres [11]. Un groupe de plantes dans une position ensoleillée sur un jardin de rocaille à Kew Gardens semblent être parfaitement heureux et robuste, la production d’une récolte raisonnable de fruits en Décembre 1996 [K].
Selon PFAF en tous sols, selon d’autres sources en sol acide.

Pré-tremper les graines pendant 24 heures dans l’eau chaude, puis semer en fin de l’hiver.
Boutures de bois mi-mûrs, 7 – 10 cm avec un talon, Juillet / Août. Pot en place à l’automne et hivernent dans un châssis froid. Plantez à la fin du printemps. Pourcentage élevé [78]. Boutures de bois mature de la croissance des saisons en cours, 7 – 12 cm avec un talon, Novembre ombragée et l’abri du gel. Plantez dans la fin du printemps ou début de l’automne. Pourcentage élevé [78].
Originaire des Andes du sud du Chili, au sud-ouest de l’Argentine, Tierra del Fuego et les îles Falkland, Myrteola nummularia mesure 10cm est souvent associé à
Empetrum rubrum, 30 cm facile à différencier: http://www.pfaf.org/user/plant.aspx?latinname=Empetrum+rubrum
mucronata Gaultheria (1m50)
et Blechnum penna-marina. (Une fougère, encore + différente)
Myrteola nummularia serait l
e plus rustique des myrteaceae, d’abord recueilli par le naturaliste français Dr Philibert Commerçon, qui a accompagné Louis Antoine de Bougainville sur son voyage de circumnavigation entre 1766 et 1769. A chaque fois qu’il a eu l’occasion il a recueilli des plantes en grandes quantités. On pense qu’il a recueilli quelque 3.000 espèces nouvelles pour la science.

Il a de nouveau été recueilli auprès de Tierra del Fuego par Charles Darwin en 1833 lors de son voyage sur le Beagle. Il a été déplacé dans le nouveau genre de Myrteola en 1856. Il y avait eu un certain nombre de collections suivantes, mais n’a pas été mis en place pour la culture jusqu’en 1927 et on ne le trouve pas dans les jardins, même s’il a reçu le Prix du mérite RHS en 1967.

Feuilles arrondies en rangs jumelés. Les fleurs sont petites, blanches avec quatre ou parfois cinq pétales arrondis. Floraison habituellement d’Avril à Juillet ou Août, mais un petit nombre de fleurs sont presque toujours présentes. Les petites baies rose-rouge sont de longue durée, il ya toujours des fleurs ou des fruits présents sur les plantes, la plus grande partie de l’année, en même temps.

Comparaison:
PFAF recense aussi amo myrtus luma, qu’il note 3/5, demandant du soleil (+ de 7M de haut)
myrteola nummularia fait 10 cm de haut, tolère -15°C et est noté 4/5 par PFAF.
myrtus ugni molinae est aussi bien noté, mais moins tolérant (-6 à -8°C) et n’aime pas le calcaire.
Latin Name Common Name Family Note goût de 1 à 5
Myrteola nummularia Myrtaceae Myrteola nummularia. 4

Myrtus Ugni molinae, »Goyave du Chili »

Peut résister aux températures jusqu’à -6 ° C, voire  -10 ° C en dormance totale (184).

-10°C pour la plupart, -12°C pour un spécimen aux feuilles panachées.

Il existe d’autres bons myrtus tolérant mieux le froid jusqu’à -15°C

2/1m

Soleil

(semi)PERSISTANT

Selon PFAF: tous sols raisonnablement bons, même venteux, humides (drainés), ou secs lorsque la plante est bien établie depuis plusieurs années. tous PH.

Mais selon 8 membres collectionneurs que j’ai interrogés ainsi que https://fr.wikipedia.org/wiki/Goyavier_du_Chili il ne prospèrerait qu’en sols neutres ou acides, maximum 6,5 de PH.

Vos témoignages de succès et d’échecs sont également bienvenus en précisant au mieux votre sol.

idéal donc en haie sud ensoleillée, la règlementation imposant qu’à moins de 2 mètres de la limite de propriété, les arbres fassent moins de 2 mètres de haut.

(Aout à oct) Baies rouges et lisses – crues ou cuites [2, 3]. Une saveur absolument délicieuse, très aromatique aux goûts de fraises sauvages [11, 15, K]. Le fruit est de 6 à 15 mm de diamètre et également porté sur les petites plantes [K]. Les feuilles sont un substitut de thé [177, 183]. Les graines grillées sont un substitut de café [183].

Les goyaves du Chili, aussi appelées ugnis ou murtillas, sont des petites baies au goût très prononcé de fraises. encore peu connues, mais très appréciées de celles et ceux qui les connaissent. Les fruits se consomment frais, ou transformés, par exemple en sorbets. A Cornwall, dans le passé, il a été cultivé commercialement pour ses fruits [11, 59] (c’était un des fruits préférés de la reine Victoria).

Ce fruit possède la particularité d’avoir une peau de couleur plus claire lorsqu’il est mûr que lorsqu’il est encore immature. En conséquence, les fruits rouges sombre sont généralement immatures, et il faudra attendre qu’il deviennent d’une couleur rouge plus clair, avec des traces blanches par endroit, pour qu’il soient prêts à être récoltés.

Réussit à tout assez bon sol (ndlr: non calcaire). Les plantes établies sont résistantes [196] à la sécheresse. Une plante très ornementale [1]. La jeune la croissance au printemps peut entrez endommagés par les gelées tardives.  Plantes de ce genre sont notamment résistantes aux champignons de miel [200].

Pré-tremper les graines pendant 24 heures dans l’eau chaude, puis semer sous serre pour planter après les dernières gelées attendues.

selon
http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?f=13&t=2175&hilit=ugni
Les semis donnent de plus ou moins bons résultats. Plus la graine sera fraiche, meilleure sera la levée.
Le substrat de semis sera maintenu chaud et bien drainé. Selon Solko: « Ce que j’ai lu sur des pagina web de Chili, ou ils cultivent les Ugni a une echelle commerciale, est qu’ils conseillent de ne pas les planter a cote de, ou sur des terrains qui ont ete utilise comme vergers de poires, coings ou pommes. Justement a causes de maladies – je ne sais pas lesquelles – qui pouvaient se transmettre entre les deux especes. »

Le bouturage se réalise semi ligneux, bouture à talon. Le substrat est un terreau humide et graveleux. Pourcentage de réussite élevé.

Il est aussi possible de faire un bouturage à talon sur des rameaux ligneux, en début d’hiver. Bons résultats. Maintenir hors gel.

Boutures de bois mi-mûrs, 7 – 10 cm avec un talon, Juillet / Août dans un cadre. Pot en place à l’automne et hivernent dans un châssis froid. Plantez dans la fin du printemps. Pourcentage élevé [78]. Boutures de bois mature de la croissance des saisons en cours, 7 – 12 cm avec un talon, Novembre ombragée et l’abri du gel. Plantez à la fin du printemps ou début de l’automne. Pourcentage élevé [78].

Le marcottage se réalise en début d’automne et l’enracinement se fait l’été suivant.

Les adhérents connus depuis plus de 3 ans accéderont au nom de 2 autres ugni, de couleur noire, délicieux également. Ce dernier ne nous donne pas encore de graines, ne semble donc pas autofertile.

Il existe d’autres bons myrtus tolérant mieux le froid jusqu’à -15°C, et de meilleur goût selon moi (plus doux, moins résineux)

Latin Name Common Name Family Synonyms note de goût /5  Autres différences
Ugni molinae Uñi, Chilean guava Myrtaceae Eugenia ugni. Ugni molinae. 5

Gleditsia triacanthos, japonica, heterophylla, macrantha?

20/15m (existe aussi des Gleditsia nains de  6 à 10M.)

soleil, même sécheresse, potentiellement envahissant

tous sols

caduques

ne fixerait pas l’azote selon: http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?p=51946#p51946

Il fixerait l’Azote même s’il n’a pas de nodosités racinaires selon Ferreol : « …Gleditsia, comme beaucoup d’autres Cesalpinioideae, celui-ci ne porte pas de nodosités au niveau de ses racines. Cependant, ça ne signifie pas qu’il n’a pas de symbiotes racinaires. J’ai trouvé une vieille publi de 1925 (Friesner disponible ici: https://journals.iupui.edu/index.php/ia … /view/4192) qui met en évidence des bactéries endosymbiotes dans des épaississements racinaires de cet arbre. Les plantes infectées (Rhizobium) ont un système racinaire plus développé que les plantes cultivées en milieu stérile, qui par ailleurs ne présentent pas ces structures racinaires. »

« -> c’est pas parce qu’il n’y a pas de nodosité qu’il n’y a pas fixation d’azote.
-> c’est pas parce qu’il y a fixation d’azote au niveau d’une nodosité que tout le monde en profite à fond, même si il y a toujours un peu d’azote fixé qui finit sa course ailleurs que dans la plante portant la nodosité (tu cites d’ailleurs le chiffre de 2% de restitution directe, sans compter les restitutions indirectes). »

Graines – crues ou cuites. Il peut contenir jusqu’à 30% de sucre [160]. Les jeunes graines ont le goût de pois crus [183]. Les graines sont pas toujours pris en charge dans les régions maritimes parce que l’arbre préfère les étés longs et chauds. [11] Les graines ovales sont environ 8 mm de long [227]. Ils contiennent de 10,6 à 24,1% de protéines, de 0,8 à 4,3% de matières grasses, glucides 84,7%, 21,1% de fibres, 4% de cendres, phosphore 280 mg de calcium et 320 mg par 100g [218]. Les graines ont été torréfiée et utilisé comme un substitut de café [269]. Gousses – la pulpe est plus ou moins douce et consommée crue ou transformées en sucre [149, 159, 183]. Les jeunes gousses peuvent être cuites et mangées [183]. La pulpe dans les gousses âgées devient amère [227]. Les gousses sont jusqu’à 40cm de long et 4 cm de large [227]. Une boisson au goût sucré, agréable peut être fabriqué à partir des gousses [257]. La pulpe des graines a été utilisée pour faire une boisson [257].

JD: Attention, à considérer comme un pionnier à ne pas introduire dans la nature, car trop envahissant et trop peu intéressant sur le plan alimentaire. Pionnier: pour faire de l’ombre sur des terrains incultes et secs en plein soleil, afin de permettre ensuite la réussite de semis d’autres arbres dans l’ombre des Gleditsia et Celtis. DANS CETTE OPTIQUE le Gleditsia japonica est préférable, car moins haut, pourra ainsi se faire dépasser par les autres arbres. Le pionnier exigeant du soleil, il laisse ensuite la place aux arbres dont il a permis l’implantation grâce à son ombre. Il est donc important de choisir des pionniers nains.

Je propose donc des graines d’un gleditsia triacanthos très productif et sans épines à ne semer que si vous êtes certain de pouvoir les (faire) couper ensuite, et des graines d’un gleditsia japonica nain sans épines avec des gousses bicolores bien charnues et sucrées (avec un meilleur goût comparé au févier d’amérique G. triacanthos). J’initie le conseil de Gleditsia japonica dont il n’était pas fait mention dans les livres, forums et stages de permaculture jusqu’alors en 2017.

Les hauteurs des adultes dans le tableau ci dessous varie selon les sources. J’ai vu un sinensis de 15 à 20m qui faisait péricliter un pin…

comparaison des Gleditsia:

Latin Name Common Name Family Synonyms Note

goût

Particularités
Gleditsia aquatica Water Locust Fabaceae or Leguminosae 0
Gleditsia caspica Caspian Locust Fabaceae or Leguminosae 1
Gleditsia japonica Fabaceae or Leguminosae G. horrida. non Salisb. 3 10M selon une autre source, 6M selon mon observation d’un adulte, 20m selon PFAF
Gleditsia koraiensis Korean Honey Locust Fabaceae or Leguminosae 2
Gleditsia macracantha Fabaceae or Leguminosae 0
Gleditsia sinensis Locust Fabaceae or Leguminosae 3 12m selon PFAF, 15 à 20m selon moi
Gleditsia triacanthos Honey Locust Fabaceae or Leguminosae 3 20m

Gaultheria shallon (Gaulteria avec faute)

-20°C

1,2/1m

OMBRE!, m-o (couvre-sol sous les arbres), pourrait aussi réussir en plein soleil selon pfaf mais pas selon autrevie qui dit qu’il ne réussit qu’à l’ombre. (permaculteur du morvan)..

PERSISTANT

Sol: PH acide ou très acide, sableux ou riche en terreau, aime l’eau mais supporte la sécheresse.

résiste au fongus

Fruit – crus, cuits ou séchés pour une utilisation ultérieure [2, 3, 4, 183]. Sucré et juteux avec une saveur agréable [11, 95, 101], bon cru [K]. Le fruit peut aussi être fait en Conserves, tartes, boissons etc. ou séché comme les raisins secs [183]. Le fruit est d’environ 10 mm de diamètre [200] et produit au cours d’une période de plusieurs semaines en fin d’été [K]. On peut faire un thé agréable à partir des feuilles [101].
Un colorant violet est obtenu à partir du fruit [99]. Il est vert foncé [168]. Un colorant jaune verdâtre est obtenue à partir des feuilles infusées [257].

Gaultheria procumbens: culture similaire sauf que G. procumbens tolère aussi les sols neutres et pauvres:

Préfère un humus humide mais pas marécageuses sol riche en ombre ou mi-ombre [11, 182]. Tourbe?, il a besoin d’un sol sans calcaire [11, 182]. Réussit dans les sols secs une fois qu’il est bien établi et supporte la sécheresse considérable [208]. Pousse bien à l’ombre des arbustes à feuilles caduques ou à feuilles persistantes [4, 11]. Une plante très résistante au froid, tolérant des températures jusqu’à environ -35 ° C [160]. Les plantes peuvent devenir envahissantes En grandissant dans de bonnes conditions [182]. Certaines formes nommées ont été développées pour leur valeur ornementale, « Red Giant Dart » a de grandes baies spécialement [182]. Toutes les parties de la plante sont aromatiques, les feuilles meurtries ayant l’odeur de Wintergreen [245]. Les plantes de ce genre sont notamment résistantes aux champignons de miel [200]. Particularités: indigène nord-américain, feuillage odorant, fleurs imperceptibles ou fleurs.


propagation

JD: Pour germer, le plus simple et sain est directement en pleine terre (compost sableux sans calcaire, en choisissant un sable qui ne fait pas effervescence au contact d’une goutte de vinaigre): sans transplantation ultérieure. cliquez ici pour savoir comment acidifier la terre. Les minuscules graines germeront après y avoir passé 4 à 10 semaines d’hiver. la graine nécessite une période de stratification au froid pendant 4 – 10 semaines, puis germe généralement bien, dans les 1 – 2 mois à 20 ° C. Il est important de les arroser avec soin (avec une fine couche de paille ou une pluie très fine) et d’assurer qu’ils aient beaucoup de ventilation. Les arroser avec une infusion d’ail peut aussi aider à prévenir la fonte [K]. Dans le nord, une protection contre le froid des jeunes plants est bienvenue, en confectionnant quelque chose par dessus. L’autre méthode consiste à repiquer les plants dans des pots individuels quand ils font environ 25 mm de haut et les cultiver dans l’ombre lumineuse dans la serre pendant au moins leur premier hiver [K]. Plantez-les dans la fin du printemps ou au début de l’été. Les plants sont sensibles aux gelées de printemps et pourraient avoir besoin d’une protection pour leurs premières années à l’extérieur. Les feuilles restent très faibles pendant les quelques premières années [11].
Boutures de bois demi-durs – 6cm de long, Juillet / Août dans une position ombragée. Ils forment racines en fin d’été ou au printemps [78]. Un bon pourcentage réussit habituellement. Division au printemps lorsque la nouvelle croissance est d’environ 7cm de haut. Les plantes divisées se rétablissent assez lentement [182]. Il est préférable de mettre individuellement en pot dans une position ombragée et fraiche jusqu’à ce qu’ils soient bien enracinés. Plantez-les au printemps.

Autres Gaultheria:

Autres graines à l’essai: G. phillyraeifolia = Arbutus floribunda, G. ramosissima, non décrites ci dessous
Latin Name Common Name Family Synonyms Edibility Rating Différences
Gaultheria adenothrix Ericaceae Adendromeda adenothrix. Diplycosia adenothrix. 3
Gaultheria antipoda Snowberry Ericaceae G. epiphyta. G. erecta. 2
Gaultheria appressa White Waxberry Ericaceae 2
Gaultheria cumingiana Ericaceae 2
Gaultheria depressa Mountain Snowberry Ericaceae G. antipoda depressa. 2
Gaultheria fragrantissima Fragrant Wintergreen Ericaceae G. ovalifolia. 2
Gaultheria griffithianum Ericaceae 2
Gaultheria hispida Snowberry Ericaceae 2 h 1m, gélif, amer
Gaultheria hispidula Creeping Snowberry Ericaceae Chiogenes hispidula. Vaccinium hispidulum. 4 h 1m, acidulé comme G. shallon, terre acide ou neutre, MO (mi-ombre),

bon fruit 6mm goût shallon

Gaultheria humifusa Alpine Wintergreen, Alpine spicywintergreen Ericaceae G. myrsinites. Vaccinium humifusum. 4 h 10cm, sol ac ou neutre, MO ou Soleil

bon fruit 6mm

Gaultheria insana Ericaceae Pernettya furens. P. furiens. 1
Gaultheria japonica Creeping Snowberry Ericaceae 4 h 10cm, sol ac et neutre, MO

bon fruit 6mm goût shallon

Gaultheria macrostigma Ericaceae G. antipoda microphylla. G. depressa microphylla. G. perplexa. Pernettya macrostigma. Colenso. 2
Gaultheria mucronata Ericaceae Arbutus mucronata. Pernettya mucronata. P. speciosa. 4 h 1m50, sol acides, MO et soleil

fruit 12mm parfois sans goût ni jus

Gaultheria myrsinoides Ericaceae Pernettya prostrata. (Cav.)DC. 2
Gaultheria nummularioides Ericaceae G. nummularia. G. repens. 2
Gaultheria ovatifolia Mountain Checkerberry, Western teaberry Ericaceae 3
Gaultheria procumbens Checkerberry, Eastern teaberry, Teaberry, Creeping Wintergreen Ericaceae Gaultheria repens Raf. [Illegitimate]. Brossaea procumbens (L.) Kuntze. Gaultheria humilis Salisb. 4 h 20cm

pfaf le considère comme le plus intéressant de ce tableau sur le plan medicinal, fruit fade au goût hospitalier de germolène, terre acide ou neutre, même pauvre,

Ombre ou MO

Gaultheria pumila Ericaceae Andromeda empetrifolia. Arbutus pumila. Pernettya empetrifolia. P. magellanica. P. pumila. (L.f.)Hoo 2
Gaultheria pumila leucocarpa Ericaceae Arbutus leucocarpa. Pernettya andina. P. gayana. P. leucocarpa. P. pumila leucocarpa. 2
Gaultheria pyroliifolia Ericaceae G. pyrolifolia. 2
Gaultheria pyroloides Ericaceae G. pyroloides. pro parte. 3
Gaultheria rigida Ericaceae Pernettya rigida. (Bert.)DC. 1
Gaultheria sclelophylla Ericaceae 2
Gaultheria shallon Shallon, Salal Ericaceae 5 h 1m20, bon fruit acidulé, terres acides.

Ombre, MO ou Soleil

bon fruit 10mm

Gaultheria trichophylla Ericaceae 2
Gaultheria x wisleyensis Ericaceae Gaulnettya wisleyensis. Gaulnettya ‘Wisley Pearl’, Gaulthettya wisleyensis. 2

Elaeagnus Goumi, ou meilleur chalef? (en faisant des fautes on écrirait ealeagnus, eleagnus, elagnus…)

-10 à -40°C*

3 à 12m *

* selon l’espèce: voir tableau comparatif à la fin

à l’OMBRE selon pfaf, mi-o selon les autres sources, et même en plein soleil selon toutes sources.

PERSISTANT,

Fruits mûrs en avril-mai dans un E. macrophylla où ils font 3cm de long et sont parfumés; Ou dans un E. ebbingei où ils mesurent 2cm. De septembre à novembre dans les umbellata et multiflora. (JD: je connais un specimen d’E. Ebbingei qui donne des fruits mûrs dès fin janvier ici en provence!)

A consommer blets pour éviter l’astringence de la peau.

rameaux parfois piquants (voir tableau), feuilles souvent jaunes en leur centre.

tous sols, même pauvres et même la sécheresse et le sel (mer), sauf l’Elaeagnus cordifolia qui ne tolère pas le calcaire. Réussit quand ils sont plantés sous les arbres qui sont devenus nus à la base (75), il est même un bon voisin car des bactéries sur ses racines produisent l’azote dont il a besoin, donc il ne concurrence pas l’azote dont ses voisins ont besoin!

goumi
goumi

Desription de l’E. Pungens (D’autres variétés plus douces sont comparées dans le tableau plus bas):

Fruit – crus ou cuits [105, 177]. Le fruit est ovale d’environ 15 mm de long [200]. De la taille d’un grand Cassis, mais la graine est assez grande [K]. Une belle saveur acidulée à pleine maturité, mais astringente si mangé avant [K]. Peut être transformé en conserves, boissons etc. [183].  Graines – crues ou cuites. Le goût rappelle vaguement d’arachide [K]. La graine contient 42,2% de protéines et 23,1% de matières grasses sur une base zéro humidité [218].

chalef
chalef x ebbingei

Incidence sur la santé: demandez l’avis de médecins pour savoir si ces informations s’appliqueraient ou non à votre cas particuier: « Le fruit de beaucoup de membres de ce genre est une source très riche en vitamines et minéraux, surtout en vitamines A, C et E, les flavonoïdes et autres composés bio-actifs. Il est aussi une assez bonne source d’acides gras essentiels, ce qui est assez inhabituel pour un fruit. Il est étudié comme un aliment qui est capable de réduire l’incidence du cancer et également comme un moyen de stopper ou inverser la croissance de cancers [214]. Les feuilles et les tiges sont utilisées dans le traitement de l’asthme, toux, diarrhée, hémorroïdes, etc. [147, 218]. La graine est utilisé pour traiter la diarrhée aqueuse [218]. La racine est astringent et est appliqué sur les plaies, des démangeaisons de la peau, etc. [147, 218]. »

Détails de culture:
Réussit dans la plupart des sols qui sont bien drainés [11, 200]. Tous PH sauf sols extrêmement alcalins [202]. Préfère un sol qui est peu fertile, réussit dans les sols pauvres et dans les sols secs [11, 200]. Il pousse bien dans les sols argileux lourds. Très résistant à la sécheresse et l’ombre [200]. Tolère l’exposition maritime [75]. Les plantes sont robustes à environ -15 ° C [200]. Ceci est une culture de fruits potentiellement précieux, fructification comme il le fait en Avril et Mai [K]. Il ya un certain nombre de variétés nommées [200, 202] et il ya donc beaucoup de possibilités pour améliorer la taille et la qualité des fruits par l’élevage sélectif. Cette espèce est notamment résistante aux champignons [88, 200]. Les petites fleurs ont un arôme doux, mais piquant. Étroitement liée à E. glabra [11]. Cette espèce a une relation symbiotique avec certaines bactéries du sol, ces bactéries former des nodules sur les racines et fixer l’azote atmosphérique. Certains de cet azote est utilisé par la plante en croissance, mais certains peuvent également être utilisés par d’autres plantes poussant à proximité [200]. Une excellente plante compagne, lorsque cultivé dans les vergers, il peut augmenter les rendements des arbres fruitiers jusqu’à 10%. fleurs parfumées

Multiplication


Graine semée de préférence dès la récolte [78]. Germe en 4 semaines ou 18 mois [K]. Les graines stockées peuvent être très lentes à germer, prenant souvent plus de 18 mois. Une stratification chaude pendant 4 semaines suivi par 12 semaines stratification froide peut aider [98]. Bon taux de réussite [78].

Boutures de bois mi-mûrs, 7 – 10 cm avec un talon, Juillet / Août. Bon pourcentage [78]. Il est préférable de prendre les boutures en Juin [202]. Boutures de bois mature de la croissance de l’année en cours, 10 – 12cm avec un talon, Novembre. Laissez pendant 12 mois. Passable à bon pourcentage [78]. Marcottes en Septembre / Octobre. Prend 12 mois [78].

Colonne de droite: comparaison avec d’autres elaeagnus: Par exemple, l’E. angustifolia et commutata et umbellata et multiflora et apparentés sont à feuilles caduques:

Par défaut, tous fixent l’azote, tolèrent tous sols même pauvres et souvent même très calcaires (chaux), tolèrent sécheresse, ont des feuilles persistantes… les grosses graines à coque fibreuse pourrait être mangée.

Attention ça envahit, choisir une hauteur inférieure à ses arbres voisins, et sans trop d’épines…

E. sarmentosa : graines également disponibles pour essais, pas décrit ci dessous.
Latin Name Common Name Family Synonyms Edibility Rating Particularités:
Elaeagnus angustifolia « Olivier de bohême », oleaster, Russian olive Elaeagnaceae E. argentea. non Pursh. E. hortensis. 4 7/7m, seulement au soleil; caduc aux ramilles très épineux; fruit 10mm doux lorsque BIEN mûr de juillet à septembre.

-40°C

Elaeagnus commutata Silverberry Elaeagnaceae E. argentea. non Moench. 3 3/1,5m au soleil, caduc

sans épines?

-40°C

Elaeagnus cordifolia Elaeagnaceae 5 4/4m, Ombre, fruit >20mm mûr en avril en angleterre, acide et astringent avant maturité.

Moindre tolérance froid, à définir, peut-être -8, -10°C?

tolère la chaux ou pas, dépend des sources

Elaeagnus formosana Elaeagnaceae 2 2m*

MO*, fruits 16mm d’avril à juin, semi persistant à -10°C ou + froid*  *selon Arven

tous sols même lourds

Elaeagnus fragrans Elaeagnaceae E. umbellata rotundifolia. Makino. 2
Elaeagnus glabra Elaeagnaceae 4 6m, Ombre, mo et soleil, sans épines

ovale 15mm mûr en mai,

tolèrerait pas la chaux, ni trop de gel

Elaeagnus gonyanthes Elaeagnaceae 2
Elaeagnus latifolia Bastard Oleaster Elaeagnaceae 3 3/3m,

soleil. peu tolérant au gel.

var. « So Shan » serait bonne

Elaeagnus macrophylla Chalef à grandes feuilles Elaeagnaceae 5  3m, OMBRE ou mi-o, Fruits doux 30mm mûrs avril goût arachide?, parfumé,  graine pouvant être mangée en quantités;

Sans épines!

-12°c selon: http://fr.hortipedia.com/wiki/Elaeagnus_macrophylla

Génome: http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0138727

Elaeagnus maritima Elaeagnaceae 2
Elaeagnus montana Elaeagnaceae 2
Elaeagnus multiflora « Goumi », Cherry silverberry Elaeagnaceae E. longipes.

bonne variété: « sweet scarlet »

5 3/2m, mi-o et soleil, fruit 10mm acidulé. Peu d’épines

caduc.

Mûrit en juillet selon Pfaf, mais sept oct selon une observation de sweet scarlett

-20°C, racines -30°C

Elaeagnus multiflora ovata « Goumi » Elaeagnaceae E. longipes. 5 3/2m, mi-o et soleil, fruit 10mm mûr en juillet acidulé. Peu d’épines. caduc

Le ssp. E. multiflora ovata. (Maxim.) Servettaz. produit des fruits bruns

-20°C, racines -30°C

Elaeagnus oldhamii Elaeagnaceae 2
Elaeagnus orientalis Trebizond Date Elaeagnaceae E. angustifolia orientalis. 4 12/6M! soleil, caduc

souvent apparenté à angustifolia, fruits 10mm mûrs en fin d’été en iran et turquie, fleurit plus rarement en angleterre

Elaeagnus parvifolia Autumn olive Elaeagnaceae E. umbellata parvifolia. (Royle.)Schneid. 4 4,5/3m, soleil, caduc

fruits 8mm mûrs sept à nov, fleurit quelques semaines après multiflora.

<-40°C

Elaeagnus pungens « Chalef piquant », Elaeagnus, Thorny olive, Thorny Elaeagnus, Oleaster, Silverberry, Silverthorn, Pungent Elaeagnus Elaeagnaceae 5 4/4m, OMBRE et soleil, parfois épineux, fruit 15mm acidulé en avril, goût arachide?

-15°C

Elaeagnus pyriformis Elaeagnaceae 2
Elaeagnus thunbergii Elaeagnaceae 2
Elaeagnus umbellata Autumn Olive Elaeagnaceae E. crispa. Bonnes variétés: garnet, jewel, ruby, 4 4/4m plein soleil, fruits minuscules à consommer blets de sept à oct

caduc

<-40°C

Elaeagnus x ebbingei Elaeagnus croisement de e. macrophylla et e. pungens, selon Elaeagnaceae syn E. submacrophylla

5 cultivars: http://www.pfaf.org/user/cmspage.aspx?pageid=61

5 5/5m, OMBRE et soleil, fruit 20mm lég.acidulé en avril (JD a un sujet précoce: fevrier), meilleur si bien mûr et séché 1 jour ou 2.

<-20°C

Souvent inerme (sans épines), bien que certains rameaux ont tendance à se terminer en pointe, selon aujardin.org.

feuilles 10 cm selon fjpower.forumgratuit.org/t723-elaeagnus-x-ebbingei-elaeagnus-macrophylla-x-elaeagnus-pungens

Elaeagnus x reflexa Elaeagnaceae E. pungens reflexa. 3
Elaeagnus yoshinoi Elaeagnaceae 2

Comparatif Crataegus Crus-Gallii (Aubépine « de virginie » ou « ergot de coq » – fruit 1cm) avec ou sans épines, et Crataegus succulenta (fruit délicieux et juteux de 17 à 35mm), et meilleurs crataegus

autour de -18°C* selon PFAF, -23°C selon Agroforestry, jusque -34°C pour la forme russe ambigua.

crus gallii 10/10m, succulenta 6m (autres H/l. dans le tableau, par exemple c. baroussana qui mesure 2/2m)

mi ombre et soleil*,

caduques*, Fleurs: mai juin, fruits mûrs: octobre*

tous sols, même (très) calcaires voire secs, sauf sel (mer).*

 

* Ces caractéristiques sont communes à toutes les meilleures crataegus dont les dimensions sont indiquées dans la colonne de droite du tableau ci dessous (H/l.).

Dans la famille de plus de 78 aubépines dont la plus répandue est très fade, PFAF a noté 4/5 l’azérolier et 5/5 quelques « super azéroles », teles c. arnoldiana, c. festiva et c. missouriensis. Ces notes sont subjectives, tandis que dans une optique frugivore, on préfère les fruits doux, sans acidité (jd).

Pfaf aurait noté sans gouter le c. crus-galli?*, par ailleurs comparé et préféré dans les jardins des plantes, par Yann Fanch, passionné ayant organisé la 1 ère rencontre fruitarienne, le « fruktifest ».

C. crus gallii inermis est une variété sans épines (inermis est un mot latin qui signifie « non armés ») qui se produit naturellement à l’état sauvage. Il se développe à la même hauteur que les plantes d’espèces épineuses.

*voici ce qu’en dit pfaf, de la crus-galli:

Fruit – crus ou cuits [62, 101, 105]. Une chair sèche, il est utilisé dans les gelées [43]. Le fruit est d’environ 1 cm de diamètre, disposé en petits groupes [200]. Souvent, il persiste sur l’arbre jusqu’au printemps [200]. cela donne à penser qu’il n’est pas très bon à manger (k). Il y a jusqu’à cinq Assez grosses graines dans le centre du fruit, elles collent souvent ensemble, ce qui fait l’effet de manger une cerise avec une seule graine [K].

Voici ce que dit pfaf sur toutes les variétés de crataegus:

fleur en Juin, et les graines mûrissent en Octobre. Les fleurs sont hermaphrodites (ayant les deux organes mâles et femelles) et sont pollinisées par les moucherons.

Les utilisations médicinales: je/nous déclinons toute responsabilité pour les effets nocifs de l’utilisation des plantes. Toujours demander conseil auprès de professionnels avant d’utiliser des plantes.

Cardiotonique; Hypotenseur.

Bien qu’aucune mention spécifique a été vue pour cette espèce, les fruits et les fleurs de nombreux aubépines sont bien connus dans la médecine traditionnelle à base de plantes comme un tonique cardiaque et la recherche moderne a confirmé cette utilisation. Les fruits et les fleurs ont un effet hypotenseur ainsi que d’agir comme un tonique cardiaque directe et légère [222]. Ils sont particulièrement indiqués dans le traitement de coeur faible combiné avec une pression artérielle élevée [222]. L’utilisation prolongée est nécessaire pour qu’il soit efficace [222]. Il est normalement utilisé soit comme un thé ou une teinture [222].

Bois:
On peut lui couper ses très vieux bois et il produit des rejets librement. Bois – grain fin, dur et lourd. Utilisé pour les manches d’outils, etc. [46, 61, 227].


les détails de culture
Une plante très facile à cultiver, qui préfère un sol limoneux à humidité rémanente bien drainé [11, 200]. Une fois établi, il réussit dans les sols trop humides et tolère aussi la sécheresse [200]. Il pousse bien sur un sol de craie et aussi dans les sols argileux lourds [200]. Une position en plein soleil est meilleure lorsque les plantes sont cultivées pour leurs fruits, ils réussissent aussi en mi-ombre alors les rendements et la qualité des fruits seront plus faibles [11, 200]. La plupart des membres de ce genre réussissent dans des positions exposées, ils tolèrent aussi la pollution atmosphérique [200]. Une plante très rustique, tolérant des températures allant jusqu’à environ -18 ° C [202]. Une plante très ornementale [1, 11]. Il existe de nombreuses formes nommés, sélectionnés pour leur valeur ornementale [200]. S’hybride librement avec d’autres membres de ce genre [200]. Les semis commencent à porter leurs fruits après 5 à 8 ans, mais les arbres greffés souvent fleuriront massivement dans leur troisième année [K]. Les fleurs ont une odeur fétide peu comme poisson en décomposition. Cela attire les moucherons qui sont les principaux moyens de fécondation. Lorsque fraîchement ouverte, les fleurs ont odeur plus agréable avec des nuances balsamiques [245]. Cela rappelle l’asiminier, d’odeur fétide et pollinisé par les mouches (jd). Le mieux est le semis direct (jd), mais si vous tenez à transplanter,  il faut le faire avant 2 ans [11]. Caractéristiques spéciales: attire les oiseaux, natif d’Amérique du Nord, Blooms sont très voyantes.

Propagation
Seed – cela est préférable de semer dès sa récolte à l’automne, certaines graines germeront au printemps, bien que la plupart prendra probablement une autre année. Les graines stockées peut être très lente et irrégulière à germer, il doit être chaud stratifié pendant 3 mois à 15 ° C, puis à froid stratifié pour un autre 3 mois à 4 ° C [164]. Il peut encore prendre 18 mois à germer [78]. Scarifier les graines avant la stratification, pourrait réduire ce temps [80]. La fermentation de la graine pour quelques jours dans sa propre pâte peut aussi accélérer le processus de germination [K]. Une autre possibilité est de récolter les semences ‘vert’ (dès que l’embryon a pleinement développé, mais avant le tégument durcit) et semer immédiatement dans un châssis froid: il peut germer au printemps [80]. Si vous êtes seulement la croissance des petites quantités de plantes, il est préférable de pot les plants dès qu’ils sont assez grands pour gérer et faire croître les dans des pots individuels pour leur première année, les planter dans la fin du printemps dans des pépinières ou de leur positions finales. En grandissant de plus grandes quantités, il peut être préférable de les semer directement à l’extérieur dans un lit de semence, mais avec une protection contre les souris et autres créatures granivores. Ou Cultivez-les dans la pépinière jusqu’à ce que suffisamment grand pour planter, mais inférieurs aux racines si elles doivent être laissés au repos pendant plus de deux ans.

 

Comparaison avec d’autres Crataegus:

JD: il me semble que PFAF surestime les crataegus qui restent assez fades, il me semblerait plus objectif de baisser toutes les notes d’un point.

A.R.T. vend les variétés dont la note de goût est suivie d’une astérixe, et parmi celles-ci préfère « tanacetifolia ».

La forme russe ambigua (zone 4 = -29°C à -34°C) ayant été oubliée par PFAF, ne figure pas dans le tableau.

Search for : crataegus

Latin Name Common Name Family Synonyms Note de goût Différences
Crataegus acclivis Rosaceae parfois confondu avec c. pedicellata 4 8/7m, fruit 18mm juteux et doux
Crataegus aestivalis Eastern Mayhaw, May hawthorn, Mayhaw, Apple Hawthorn Rosaceae 3
Crataegus altaica Altai Mountain Thorn Rosaceae C. purpurea altaica. 3
Crataegus anomala Arnold hawthorn Rosaceae 3
Crataegus apiifolia Parsley-Leaved Hawthorn Rosaceae C. marshallii. Egglest. 2
Crataegus aprica Rosaceae 3
Crataegus armena Rosaceae 2
Crataegus arnoldiana Rosaceae (Amérique)

certains botanistes le considère une variante de c. mollis

5* 7m, fr lég acidulé 20mm, délicieuse saveur, chair douce, molle et juteuse, murit déb sept dans sud angleterre.
Crataegus atrosanguinea Rosaceae 3
Crataegus azarolus Azarole, azérolier, aronie
Rosaceae C. aronia. 4: azérolier 10m, fruit acidulé 25mm, plus sucré et parfumé dans les régions chaudes
Crataegus baroussana Rosaceae 4 2/2m, gros fruits (15 à 25mm?)
Crataegus caesa Rosaceae 4 3/3m, fruits 20mm
Crataegus calpodendron Pear Hawthorn Rosaceae C. tomentosa. DuRoi. 3
Crataegus canadensis Canadian hawthorn Rosaceae 2
Crataegus canbyi Cockspur hawthorn, Dwarf Hawthorn, Cockspur Hawthorn Rosaceae 2
Crataegus champlainensis Quebec hawthorn Rosaceae  Étroitement liée à C. submollis [200], et inclus dans cette espèce par certains botanistes [82]. Cette espèce est peut-être rien de plus qu’une partie de C. rotundifolia [204]. 4 6m, fruit 1,5cm belle saveur douce
Crataegus chlorosarca Rosaceae 3
Crataegus chrysocarpa Fireberry Hawthorn, Red haw, Piper’s hawthorn, Rosaceae 3
Crataegus coccinoides Kansas Hawthorn Rosaceae 3
Crataegus columbiana Columbian Hawthorn Rosaceae 3
Crataegus crus-galli Cockspur Thorn, Cockspur hawthorn, Dwarf Hawthorn Rosaceae parfois confondu aves c. prunifolia splendens 2 (pas goutée par le noteur) 10/10m, fruit 1cm préféré de yann fanch. Existe avec ou sans épines.
Crataegus cuneata Sanzashi, Chinese hawthorn Rosaceae 3
Crataegus dilatata Broadleaf hawthorn Rosaceae C. coccinoides dilatata. 3
Crataegus dispessa Mink hawthorn Rosaceae C. pyriformis. Britt. 3
Crataegus douglasii Black Hawthorn Rosaceae C. rivularis. Nutt. 4 9m, fruit 8mm succulent peut être mangé en quantités selon pfaf.
Crataegus durobrivensis Rosaceae  Probablement un croisement naturel, C. pruinosa x C. suborbiculata[43]. 4*,  bof selon « autrevie » 5/5m, fruit 15mm, doux et assez juteux à maturité avec un soupçon de pomme dans sa saveur [K]
Crataegus ellwangeriana Scarlet Hawthorn Rosaceae C. pedicellata ellwangeriana. 5* 6/6m, fruit 15mm, acidulé, sucré, juteux et farineux (k)
Crataegus elongata Rosaceae 4 4/3m, fruit pas mesuré, juteux rappelant pomme
Crataegus festiva Rosaceae 5 3/3m, fruit 15mm délicieux, sucré juteux farineux (k)
Crataegus flabellata Fanleaf hawthorn Rosaceae  (Amérique) 3
1 2 3
Latin Name Common Name Family Synonyms Edibility Rating Particularités
Crataegus flava Summer Haw, Yellowleaf hawthorn Rosaceae 3
Crataegus gemosa Rosaceae C. neofluvialis. Ashe. C. michiganensis. Ashe. C. pisifera. Sarg. 3* 8m, fruit 12mm, épaisse chair succulente et douce à maturité.
Crataegus heterophylla Rosaceae 2
Crataegus holmesiana Holmes’ hawthorn Rosaceae 4 10/8m, fruit 10 à 20mm, acidulé, parfum parfois ok parfois désagréable
Crataegus hupehensis Rosaceae 3
Crataegus illinoiensis Rosaceae 4 5m, fruit 15mm, doux et assez juteux, peut être mangé en quantités (k).
Crataegus intricata Copenhagen hawthorn Rosaceae C. coccinea. pro parte 3
Crataegus jackii Rosaceae 2
Crataegus jonesiae Miss jones’ hawthorn Rosaceae 2 sans goûter (5+ selon A.R.T) juteux
Crataegus laciniata Rosaceae C. odoratissima. C. orientalis. Pall. 4 6/6m, 15mm acidulé beaucoup de chair peut être mangé en qtés (k)
Crataegus laevigata Midland Hawthorn, Smooth hawthorn, English Hawthorn Rosaceae C. oxyacantha. C. oxyacanthoides. 3
Crataegus lobulata Red Haw Rosaceae 2
Crataegus macrosperma Big-Fruit Hawthorn Rosaceae 3
Crataegus maximowiczii Rosaceae 2
Crataegus meyeri Rosaceae 3
Crataegus missouriensis Rosaceae C. vailiae. Britt. 5 6m, fruit 10 ou 20mm? doux, souple et vraiment juteux [K]
Crataegus mollis Red Haw, Downy hawthorn Rosaceae C. coccinea mollis.les branches sont presque sans épines [229]. Une espèce assez variable, il a été séparé en plusieurs espèces différentes par certains botanistes [82]. Cette espèce est beaucoup plus confondue avec C. chrysocarpa [11] et avec C. coccinea [50]. Il est très étroitement liée à C. submollis, différant en ayant 20 étamines d’une fleur (par rapport à 10 en C. submollis) [202] 4* 9/12m, fruit 20 à 25mm lég acidulé, chair épaisse, sèche et farineuse.
Crataegus monogyna Hawthorn, Oneseed hawthorn Rosaceae nourrit 149 insectes et feu bactérien c’est l’aubépine commune, fade. 6/6m, fruit 1 cm, utilisée en herboristerie
Crataegus nigra Hungarian Hawthorn Rosaceae 2
Crataegus opaca Western Mayhaw Rosaceae C. aestivalis. Torr.&Gray. pro parte. 3
Crataegus parvifolia Rosaceae 2
Crataegus pedicellata Scarlet Haw, Scarlet hawthorn Rosaceae C. coccinea. pro parte 5* 7/7m, fruit 10 à 20mm de qualité très variable.
Crataegus pedicellata gloriosa Scarlet Haw Rosaceae C. coccinea. 3*
Crataegus pennsylvanica Rosaceae 5 9m, fruit 25mm de belle saveur même avant maturité, Le fruit est porté en grappes de 4- 12 et est très facilement récolté [82, K].
Crataegus pentagyna Rosaceae 3
Crataegus phaenopyrum Washington Thorn, Washington Hawthorn Rosaceae C. cordata. 2
Crataegus pinnatifida Chinese Haw Rosaceae (Chine) 3
Crataegus pinnatifida major Chinese Haw Rosaceae C. korolkowii. non Henry. 4 7,5m, fruit 25mm plaisant et cultivé en chine.
Crataegus pontica Rosaceae 4 ?m, Un fruit de bonne taille avec chair abondante et un goût agréable [74].
Crataegus pringlei Pringle’s hawthorn Rosaceae 2
1 2 3
Latin Name Common Name Family Synonyms Edibility Rating Particularités
Crataegus pruinosa Frosted Hawthorn, Waxyfruit hawthorn Rosaceae 3
Crataegus pubescens Manzanilla Rosaceae 3
Crataegus pubescens stipulacea Manzanilla Rosaceae (Mexique)

C. mexicana. C. stipulacea. Loud.

3
Crataegus punctata Dotted Hawthorn, Rosaceae 3
Crataegus reverchonii Reverchon’s Hawthorn Rosaceae 2
Crataegus rivularis River Hawthorn Rosaceae 2
Crataegus rotundifolia Rosaceae 3
Crataegus sanguinea Rosaceae 2
Crataegus schraderana Blue hawthorn Rosaceae (Europe centrale)

C. orientalis sanguinea. C. tournefortii. Crataegus schraderana

5 6m, Fruit 15 – 20 mm de diamètre, juteux, saveur très agréable, fond dans la bouche [K]. Avis non partagé par JD: « Je préférerais de loin manger ce fruit qu’une fraise [K] ». Il mûrit à la fin Septembre et reste sur l’arbre en bon état au moins 4 semaines [K].
Crataegus songorica Rosaceae 3
Crataegus species Rosaceae 3
Crataegus stipulosa Rosaceae 2
Crataegus submollis Quebec Hawthorn Rosaceae 4 7/7m, fruit 20mm en grosses grappes, chair épaisse, sèche et farineuse
Crataegus subvillosa Rosaceae 2
Crataegus succulenta Fleshy hawthorn Rosaceae C. coloradensis. A.Nels.ressemble à c. tomentosa 4* 6m, fruit 17 à 35mm, sucré, juteux et pulpeux
Crataegus szovitskii Rosaceae 3
Crataegus tanacetifolia Tansy-Leaved Thorn Rosaceae Mespilus tanacetifolia.ressemble à c. laciniata (11) 5* 10/8m, fruit jusqu’à 25mm mou juteux acidulé rappelant la pomme (11, 183, K)
Crataegus uniflora Dwarf hawthorn Rosaceae 2
Crataegus x grignonensis Rosaceae 3
* parmi les astérixes, A.R.T. préfère tanacetifolia

zizyphus ou ziziphus (jujubier)

-15°C environ selon variété (pour une fois PFAF surestimerait la rusticité jusqu’à -30°C)

10/7m croit rapidement

Soleil (Il ne peut pas grandir à l’ombre).

caduc

tous sols même très alcalins et très pauvres, supporte la sécheresse.

arbuste épineux (ou inerme) connu en provence et en chine, donnant des « dattes » légèrement sucrées, très satisfaisantes.
fleur à partir de avril à mai, et les fruits mûrissent en Octobre. Les fleurs sont hermaphrodites (avoir les deux organes mâles et femelles) et sont pollinisées par les plantes Insectes (auto-fertile).

Parties comestibles: fruits; Feuilles.
Usages alimentaires: fruits, fruits secs, café.

Fruit – crus ou cuits [1, 2, 3, 100, 158]. nourrissant et doux [46]. Une saveur aigrelette-douce [174]. pas acide à pleine maturité (JD). Le fruit peut être consommé frais, séchés comme des dates ou cuits dans des desserts, gâteaux, pains, gelées, soupes, etc. [183]. Le fruit séché a le goût plus agréable [11, 132]. Les fruits sont souvent laissés à se froisser et spongieux, ce qui augmente leur douceur, et sont ensuite consommés frais ou cuits [238]. Le fruit séché peut être broyé en une poudre. Cette poudre est utilisée dans la préparation de ‘kochujang », une pâte chaude poivre soja fermenté qui ressemble miso [183]. Les fruits sont environ 13 mm de diamètre [194] et contiennent une ou deux graines [238]. Les rendements moyens des arbres sauvages de l’Himalaya sont 9,5 kg par an [194]. Le fruit contient environ 8,7% de sucres, de protéines de 2,6%, 1,4% de cendres, de 1,7% de pectine et de 1,3% de tanin [194]. Le fruit est d’environ 25 mm de long, mais il peut être plus grande dans les variétés cultivées [200]. Le fruit peut être utilisé comme substitut du café [183]. Feuilles – cuit. Un aliment de famine, ils ne sont utilisés que quand tout le reste échoue [179]. Une analyse nutritionnelle est disponible [218].
Composition
Les chiffres en grammes (g) ou milligrammes (mg) par 100 g de nourriture.
Fruit (poids sec)

350 calories pour 100g
Eau: 0%
Protéines: 7,3 g; Lipides: 1,2 g; Glucides: 84 g; Fibre: 4g; Ash: 3g;
Minéraux – Calcium: 130mg; Phosphore: 168 mg; Fer: 3,5 mg; Magnésium: 0 mg; Sodium: 12 mg; Potassium: 1050mg; Zinc: 0 mg;
Vitamines – A: 125mg; Thiamine (B1): 0,1 mg; Riboflavine (B2): 0.18mg; Niacine: 2,8 mg; B6: 0 mg; C: 300 mg;
Référence: [218]
Notes: Les chiffres donnés ici sont la médiane d’une fourchette donnée dans le rapport.

Les utilisations médicinales

Plantes pour un avenir ne peuvent pas prendre toute responsabilité pour les effets nocifs de l’utilisation des plantes. Toujours demander conseil auprès d’un professionnel avant d’utiliser un médicinal des plantes.

Anodin; Antidote; Astringente; Cancer; Diurétique; Émollient; Expectorant; Hypnotic; Stupéfiants; Pectoral; Cataplasme;
Réfrigérant; Sédatif; Peau; Stomachique; Tonic.

Jujube est à la fois un fruit délicieux et un remède à base de plantes efficace. Il facilite la prise de poids, améliore la force musculaire et augmente l’endurance [254]. Dans la médecine chinoise, il est prescrit comme un tonique pour renforcer la fonction du foie [254]. Recherche japonaise a montré que la résistance augmente jujube système immunitaire. Dans un essai clinique en Chine 12 patients atteints de troubles hépatiques ont été donnés jujube, les arachides et le sucre brun soirs. En quatre semaines de leur fonction hépatique était améliorée [254]. Antidote, diurétique, émollient, expectorant [11, 61, 174, 178, 194]. Les fruits secs contiennent des saponines, des triterpénoïdes et des alcaloïdes [279]. Ils sont anodin, anticancéreux, pectoral, le réfrigérant, sédatif, stomachique, hémostatique et tonique [4, 176, 218]. Ils sont considérés pour purifier le sang et la digestion aide [240]. Ils sont utilisés dans le traitement à l’intérieur d’une gamme de conditions, y compris la fatigue chronique, la perte d’appétit, la diarrhée, la pharyngite, bronchite, de l’anémie, de l’irritabilité et l’hystérie [176, 238, 279]. La graine contient un certain nombre de composés médicalement actifs, y compris des saponines, des triterpènes, des flavonoïdes et des alcaloïdes [279]. Il est hypnotique, narcotique, sédatif, stomachique et tonique [147, 176, 218]. Il est utilisé en interne dans le traitement des palpitations, l’insomnie, l’épuisement nerveux, les sueurs nocturnes et la transpiration excessive [176, 238]. La racine est utilisé dans le traitement de la dyspepsie [218]. Une décoction de la racine a été utilisé dans le traitement de la fièvre [4, 240]. La racine est faite en une poudre et appliqué sur les plaies et les ulcères anciennes [240]. Les feuilles sont astringentes et fébrifuge [4, 218]. Ils sont dits à promouvoir la croissance des cheveux [218]. Ils sont utilisés pour former un pansement pour le traitement de la dysurie [240]. La plante est un remède populaire pour l’anémie, hypertonie, néphrite et les maladies nerveuses [218]. La plante est largement utilisé en Chine comme un traitement pour les brûlures [218].
Autres utilisations
Charbon de bois; Carburant; Haie; Haie; Wood.

Les plantes peuvent être cultivées comme une haie [178]. Bois – dense, dur, compact, dur. Utilisé pour tournerie, outils agricoles, etc. [74, 146, 158]. Il fait un excellent combustible [146] et un bon charbon de bois [158].
les détails de culture
Réussit dans la plupart des sols, tant qu’ils sont bien drainés [3, 200]. Préfère un loam ouverte et une position chaud et sec [1, 3]. Réussit dans un sol alcalin [200]. Les plantes sont en croissance rapide, même dans des sols pauvres [146]. Les plantes sont robustes à environ -20 ° C [200]. Un autre rapport dit qu’ils sont robustes environ -30 ° c quand complètement dormant [160]. Le jujubier est souvent cultivé dans les zones tempérées chaudes pour ses fruits comestibles, il ya beaucoup de variétés nommées [50, 183]. Les arbres ont besoin d’un été chaud et sec si elles sont à fruits bien, ce qui limite leur potentiel plutôt dans un pays comme la Grande-Bretagne [238, K]. L’arbre se propage par drageons et auto-ensemencement, formant souvent des fourrés denses. Où le climat lui convient, la plante peut échapper à la culture et à devenir une mauvaise herbe envahissante et problématique [274]. Les arbres sont résistants à la plupart des ravageurs et des maladies [160]. Répond bien au traitement en taillis [146]. Les arbres forment une racine pivotante profonde et devraient être plantés dans leurs postes permanents dès que possible [200]. Croissance rapide et rapide pour arriver à maturité, il peut fruits dans 3 – 4 ans à partir de semences [200].

Propagation
Seed – préférable de semer sous châssis froid dès qu’il est mûr. Les graines stockées nécessite 3 mois chauds puis 3 mois de stratification à froid [113]. La germination devrait avoir lieu dans le premier ressort, si cela peut prendre 12 mois. Repiquez les plants dans des pots individuels quand ils sont assez grand pour gérer et faire croître les dans un châssis froid pendant au moins leur premier hiver. Plantez au début de l’été. Les boutures de racines dans une serre en hiver [200]. Les meilleurs résultats sont obtenus si une température de 5-10 ° C peut être maintenue [238]. Boutures de bois mature de la croissance de la saison en cours, Novembre to Janvier dans un cadre [238]. Division des rejets dans la saison de dormance [174]. Ils peuvent être plantés directement dans leurs postes permanents si nécessaire.

 

Choix des graines: peu de variétés donnent des graines viables. La plupart des graines sont vides. Pour les détecter, on les met dans l’eau. seules celles qui tombent au fond de l’eau sont viables.

morus (murier arbre) « alba tatarica »

vous trouverez ses fruits séchés dans le commerce bio, ou un arbre « mûrier platane  » près de chez vous (se plait en pays froids ou chauds…) donc peu probable que vous ayez besoin que je vous en envoie des graines (sauf si vous voulez des graines d’un morus du Pakistan à gros fruits blancs = saharanpur ou noirs, mais c’est le moins rustique au froid). le fruit blanc jouit de + de chances de n’être pas coupé car les fruits blancs ne tachent pas le linge, le sol…

tolerance au froid: -15°C à -25°C selon les espèces et variétés.

hauteur habituelle sans taille: 18m. « alba tatarica » dont je partage aussi des graines, est plus court et rare: 9m. (Je fournis les graines de « M. A. Tatarica », d’autant qu’il est spécialement résistant à la sécheresse selon 183)

mi-o, soleil…

caduques (sans épines)

tous sols

fruits doux, précieux d’avril à aout (dans le sud-france, mais plus tard en angleterre comme indiqué dans le tableau), vraiment doux et sucrés. en avril-mai il fait partie des premiers fruits de la saison avec le néflier du japon et nous les préférions aux cerises qui sont plus acides et laxatives. Les fruits commencent à tomber en même temps que les cerises, on peut placer des draps en dessous. la récolte s’étale sur plusieurs mois. très faciles à faire sécher au soleil sans aucune protection sans que les insectes n’y viennent ni avant ni pendant ni après séchage.

nombreuses variétés blanches, noires… mais les blanches ne tachent pas, et sont aussi bonnes sinon meilleures que les noires.

remarque particulière: les branches sont « désordonnées » dans un arbre taillé puis livré à lui-même, mais pas dans un arbre qui est libre depuis le début de sa formation. Naturellement, il se diviserait à sa base en plusieurs branches.

selon pfaf:

feuilles utilisables en cas de famine, fruit 1,5% proteines.

Fruit – cru [2, 7, 158]. Un goût sucré, doux, fade. Il contient protéine 1,5%, 0,5% de matière grasse, 8% de glucides, 0,7% d’acide malique [179]. Fruits du cultivar ‘Pendulum’ essayé par Kew en Juillet 1994 = goût agréable [K]. JD: les cultivars à gros fruits sont moins bons à mon goût (acidulés ou plus fades), mais lorsqu’ils tombent ils deviennent également doux. La saveur se développe si le fruit est séché, il peut alors être utilisé comme un substitut raisin. Le fruit est jusqu’à 25 mm de long [200]. Pour 100 grammes de fruit également, contient aussi, 1,4 g de fibres, 0,9 g de cendres, 80 mg Ca, 40 mg de P, 1,9 mg Fe, 174 UI Vit. Le 9 mcg thiamine, la riboflavine 184 mg, 0,8 mg d’acide nicotinique et 13 mg d’acide ascorbique.

Les jeunes feuilles et les pousses – cuits [105, 183]. La nourriture de famine, d’occasion Quand tout le reste échoue [177]. La feuille fait un bon légume, il est riche en carotène et en calcium [179]. excellent complément de protéines. Les feuilles sèches contiennent de 18 à 28,8% de protéines, 0,2 à 0,7% de magnésium, 0,8 à 13,6% Sucres solubles, 0,6 à 1,4% de phosphore, de 2 à 3,9% de potassium, de 1.4 à 2.4% de calcium, 0,8 à 1,8% d’aluminium, 26 % de fer, 1.8 à 2.6% de silice, et 0,3 – 12h56 soufre% [269]. La feuille contient du tanin 10% [179]. Écorce interne – torréfié puis broyé dans un repas utilisé comme épaississant dans les soupes etc ou mélangé avec des céréales Lorsque la fabrication du pain. La nourriture de famine, d’occasion Quand tout le reste échoue [179]. L’arbre est la source d’une manne comestible [183]. Les jeunes pousses peuvent être utilisés comme un substitut de thé [183].

Les utilisations médicinales: demandez conseil personnalisé auprès de médecins car chaque organisme et malade est différent, c’est une affaire qui demande de longues années d’études. A titre d’exemple il a été PARFOIS utilisé comme:

Analgésique; Anthelminthique; Antiasthmatiques; Antibactérien; Antirhumatismal; Antitussif; Astringente; Diaphorétique; Diurétique; Émollient; Expectorant;
Hypoglycémiant; Hypotenseur; Odontalgic; Ophtalmique; Pectoral; Purgative; Sédatif; Tonic.

Le mûrier blanc a une longue histoire d’utilisation médicinale dans la médecine chinoise, presque toutes les parties de la plante sont utilisées d’une manière ou d’une autre [238]. Des recherches récentes ont montré des améliorations dans l’éléphantiasis lorsqu’ils sont traités avec des injections d’extrait de feuille et le tétanos après des doses orales de la sève mélangé avec du sucre [238]. Les feuilles sont antibactérien, astringent, sudorifique, hypoglycémique, odontalgic et ophtalmique [176, 218, 238]. Elles sont prises en interne dans le traitement des rhumes, la grippe, les infections oculaires et des saignements de nez [176, 238]. Un extrait des feuilles injecté peut être utilisé dans le traitement de fistules elephantiasis purulent et [176]. Les feuilles sont récoltées après les premières gelées de l’automne et peuvent être utilisées fraîches, mais sont généralement séchées [238]. Les tiges sont antirhumatismal, antispasmodique, diurétique, hypotenseur et pectorale [176, 218, 238]. Ils sont utilisés dans le traitement des douleurs rhumatismales et des spasmes, en particulier de la moitié supérieure du corps, une pression artérielle élevée [176]. Une teinture de l’écorce est utilisée pour soulager les maux de dents [7]. Les branches sont récoltées à la fin du printemps ou au début de l’été et sont séchées pour une utilisation ultérieure [238]. Le fruit a un effet tonique sur l’énergie du rein [218, 238]. Il est utilisé dans le traitement de l’incontinence urinaire, le vertige, les acouphènes, l’insomnie due à l’anémie, la neurasthénie, l’hypertension, le diabète, le vieillissement prématuré des cheveux et de la constipation chez les personnes âgées [176, 238]. L’écorce de racine est antiasthmatique, antitussif, diurétique, expectorant, hypotenseur et sédatif [176, 238]. Elle est utilisée en interne dans le traitement de l’asthme, la toux, la bronchite, l’oedème, de l’hypertension et le diabète [176, 238]. Les racines sont récoltées en hiver et séchées pour une utilisation ultérieure [238]. L’écorce est vermifuge et purgative, elle est utilisée pour expulser les vers de la bande [240]. Extraits de la plante ont une activité antibactérienne et fongicide [218].

Une fibre est obtenue à partir de l’écorce de la vieille d’un an tiges, il est utilisé dans le tissage de vêtements, etc. [7, 74, 266]. L’écorce de tige est fibreuse et est utilisé en Chine et en Europe pour la fabrication du papier [266, 269]. Les rameaux sont utilisés comme matériau de liaison et pour la fabrication de paniers [269]. Colorant brun est obtenu à partir du tronc [178]. Les feuilles contiennent 10% de tanin [179]. Cet arbre peut être cultivée comme une partie d’un brise-vent. Le cultivar ‘Tartarica’ a été spécialement mentionné [200], il est très approprié pour les latitudes septentrionales et est très utilisé comme sheltebelt en Russie [269]. Le bois de mûrier est une excellente source potentiellement d’éthanol, avec des rendements allant jusqu’à 6% de la sciure de bois traités avec de l’acide et ensuite reçu quatre jours d’incubation [269]. Bois – lumière à modérément lourd, dur, résistant, fin et à grain fin, si elle montre une tendance à se déformer. En raison de son élasticité et de souplesse lors de la vapeur, il est apprécié pour la fabrication de matériel de sport, telles que les raquettes de tennis et des battes de cricket, étant considéré comme bon que frêne (Fraxinus excelsior) [238, 269]. Il est également utilisé pour la construction de bateaux, des meubles, des outils agricoles, etc. [145, 149, 158, 269]. Il fournit un bois de chauffage de qualité moyenne [269].
Tolérant les insectes nuisibles.

Réussit dans une variété de sols [269], mais il préfère un sol chaud limoneux bien drainé dans un endroit ensoleillé [1, 11]. Les arbres sont assez résistants au vent [200], si les branches sont souvent tués en arrière quand de plus en plus l’exposition maritime forte [K]. Au moins certains cultivars sont résistantes à la sécheresse, la forme ‘tatarica’ a été spécialement mentionné [183]. Le mûrier blanc est parfois cultivé pour son fruit comestible, il ya un certain nombre de variétés [183] ​​et sous-espèces différentes de grande qualité de fruits. Le formulaire M. multicaulis de Alba. (Perretot.) Fort. [Synonyme M. multicaulis. Perretot.] A été spécialement mentionné pour ses fruits [105]. Nana »et Fegyvernekiana Les cultivars ‘sont des formes naines ne faisant taille d’arbustes [182]. Le cultivar ‘Pendulum’ a été vu de plus en plus à Kew en Juillet 1994, avec une grande récolte de fruits savoureux [K]. Ont des racines fragiles et donc doivent être manipulés avec soin lors de la plantation [238]. Toute l’élagage ne doit être effectué en hiver lorsque la plante est complètement dormant parce que ces arbres saignent mal lors des coupes [238]. Idéalement, couper seulement les mauvaises branches et le bois mort [238]. Ceci est un bon arbre pour y cultiver du raisin [20]. Les raisins semblent toujours y être en meilleure santé et exempts de maladies fongiques [201]. Plantes de ce genre sont notamment résistantes aux champignons de miel [200]. Caractéristiques particulières: Non natif d’Amérique du Nord, naturalisant, Il n’y a pas de fleurs.


Semis:
La graine germe mieux après 2 – 3 mois de stratification à froid [80, 98], donc à semer avant l’hiver (jd). Semez les graines dès récolte si possible. La graine germe habituellement rapidement, mais il faut parfois 12 mois.

Boutures de bois mi-mûrs, 7 – 10 cm avec un talon, Juillet / Août. Plantez au printemps. Un bon pourcentage prend, mais elles ne parviennent pas toujours à prospérer [78, 113]. Boutures de bois mature de la croissance de la saison en cours, 25 – 30cm avec un talon bois de 2 ans, automne ou tôt au printemps dans un châssis froid ou un lit ombragé extérieur [78, 113, 200]. Enterrez les boutures pour les trois quarts de leur profondeur.

Marcottage à l’automne [200].

Voici quelques comparaisons de muriers en angleterre, sachant que dans le sud de la france, tous ceux que j’ai vus fructifient de mai à aout et j’ai préféré les petites blanches ou métisses, mais très mures ou sèches toutes sont bonnes. Je mets « insipide » et « délicieux » entre « guillemets », car notre culture voulant mettre de la vinaigrette dans la salade et du sel dans les ragoûts, certaines papilles sont surtout flattées par les acides; tandis que les frugivores fuient l’acidité et recherchent quelque chose de doux et nourrissant.

Latin Name Common Name Family Synonyms Note Particularités
Morus alba White Mulberry, Common Mulberry, Moraceae 4 18m, supporte la sécheresse mais pas le sel,  fleur mai, fruit juill-aout, sucré mais « insipide »,
Morus alba multicaulis White Mulberry Moraceae 4 18m, fleur mai, fruit juill-aout, sucré mais « insipide »
Morus australis Korean Mulberry, Aino Mulberry Moraceae M. acidosa. M. alba stylosa. M. indica. non L. M. stylosa. 2 7,5m, fleur mai-juin, fruit juill-sept, « sucré juteux mais insipide »
Morus bombycis Kuwa Moraceae 2 8/6m
Morus cathayana Hua Sang Moraceae 2 15m, fleurs mai-juin, fruits aout-septembre
Morus macroura Himalayan Mulberry Moraceae M. cuspidata. Wallich. M. laevigata. Wallich. 2 10m, fruits pourpres de 6 à 12cm de long, -5à-15°C, fleurs avril-mai, fruits juillet-aout
Morus microphylla Texas Mulberry Moraceae 2 6m, fleurs mai, fruits juillet, petits et parfois acidulés
Morus mongolica Mongolian Mulberry Moraceae M. alba mongolica. 2 7,5m, fleurs avril-mai, fruits juill-aout, « insipides »
Morus nigra Black Mulberry Moraceae 5 H.10/l.15m, lentement, fleurs mai-juin, fruits aout-sept, lég acid et « délicieux »
Morus rubra Red Mulberry, Common Mulberry, White Mulberry Moraceae 3 15m, fruit noir parfumé, fleurs en mai, fruits juill-aout, feuilles très découpées!
Morus serrata Himalayan Mulberry Moraceae 2 20m, fleurs juin-juill, fruits mucilagineux juill-aout
Morus species Mulberry Moraceae 4 10m, très bon gros fruit sur une longue période
Rubus chamaemorus Cloudberry Rosaceae 4 30cm, pérenne, sans épines, acide, délicieux, sols (très) acides et neutres, soleil et eau.