Action: Pourquoi, Comment choisir et recevoir les graines en fonction de vos sol, METEO et CLIMAT (Réussissent avec peu de connaissances, travail ni organisation!)

Origine de la démarche

Pour mon usage personnel ce fut un très long travail de retrouver toutes ces espèces (parfois à l’étranger) et de les renseigner. Aussi j’ai pensé que ces informations vous seraient utiles, résumées dans le tableau que j’envoie sur demande, et détaillées dans des articles comparatifs, partiellement consultables sur fruitforestier.info.

Continuer la lecture de « Action: Pourquoi, Comment choisir et recevoir les graines en fonction de vos sol, METEO et CLIMAT (Réussissent avec peu de connaissances, travail ni organisation!) »

La friche est la 1ère étape vers la forêt comestible nourricière parfaite.

Pourquoi penser défrichage??
la roncière ou la friche d’arbustes type aubépine genet* (etc) est le terrain idéal pour ombrer et aider les semis, ensuite les arbres ayant besoin de soleil dépassent les broussailles qui disparaissent par manque de soleil et apparaissent des arbustes tolérant l’ombre. Cela est vrai avec les variétés botaniques (dont je recense les plus délicieuses), botaniques = sauvages qui se reproduisent fidèlement par semis. Et aussi avec des arbres greffés, je publierais bientôt es photos comparatives sur les 100 fruitiers que nous avons plantés à Aix-en-Provence: ils y poussent jusqu’à 4 fois plus vite qu’en plein champ découvert.
Le risque incendie est réduit ou nul en cas de bonne irrigation, hydratation du sol. Et il y a des « broussailles » qui sont peu inflammables, nous apprendrons prochainement à les reconnaitre avec MORGAN.
« Défricher » à la facon mécanisée est « peine perdue », car tout repousse jusqu’à ce que les arbres de plus en plus grands y fassent leur place, ainsi que les arbustes d’ombre (foret a plusieurs étages de feuillus et persistants).
En plus, une débroussailleuse crée un environnement hostile, traumatisé, dangereux pour les pieds nus.
Tout naturellement, un terrain nu se couvre d’abord de buissons et broussailles « de soleil » qui quelques décennies plus tard laissent la place à des arbres plus grands.
Le meilleur moyen, à long terme et sans efforts, de ne plus avoir de « broussailles », c’est de les laisser pousser vers le haut: en coupant ls branches basses près du tronc pour permettre au bourrelet cicatriciel de refermer la plaie (et non pas couper a 1 ou plusieurs cm du tronc, ce qui entrainerait soit la repousse de la même branche soit le pourissement jusqu’à l’intérieur du tronc et finalement un arbre creux à longévité réduite). Ainsi, on forme un parasol, avec un tronc vertical de hauteur d’homme qui ne constitue aucune gêne pour les activités naturelles, tout l’espace est disponible pour nous et les semis d’autres arbres.
La débroussailleuse est l’outil le moins naturel. Il sépare son utilisateur de son écoute et sa conscience, soit en couvrant de son bruit ce que la nature aurait a nous dire (c’est a dire en détournant notre attention vers l’idée que nous avons une tâche à effectuer, une machine à faire fonctionner, etc), soit en donnant le sentiment de toute puissance, soit d’intervenir sur nous-mêmes (la nature étant le miroir de notre inconscient, on pense ainsi se débarrasser de nos parties les plus terrifiantes au lieu de les apprivoiser, les comprendre, en en développer les cotés les plus beaux et bienveillants).
Lorsque en y réfléchissant à 3 fois et/ou à plusieurs personnes ou jours d’intervalle (préavis), en laissant du temps à cette réflexion et un peu de rêverie (l’état alpha du réveil tranquille ou de la méditation), on se résoud à couper telle branche ou telle plante, pour une raison pratique et non par répression, on le fait « en conscience ». Sur le plan pratique: plus durablement et harmonieusement: ainsi, une ronce peut s’arracher facilement sans outil, car la base au niveau du sol est sans épines, et il y a peu de racines. En comparaison, une même ronce coupée à la débroussailleuse, en gardant toutes ses racines, repousse encore mieux.
Le fait de ne pas tondre l’herbe incite a emprunter des chemins au cours naturel, doux pour les pieds nus, et offre un spectacle au printemps avec des fleurs différentes d’une semaine à l’autre. Les zones de hautes herbes constituent également une protection naturelle pour les insectes (dont prédateurs) et semis d’arbres.
Lorsque nous avons besoin d’un espace, l’herbe se couche naturellement, en constituant un tapis doux, et si jeune plant épineux indésiré il y a, il est plus facile de le voir pour l’éviter ou l’arracher, que s’il n’en reste que 2 cm après tonte ou débroussaillage: ce qui peut blesser.
* le genet est un voisin très avantageux pour un arbre. Il capte l’azote et en enrichit le sol. il est doux et ne blesse pas ses voisins lorsque le vent les fait se fouetter (ce qui est une vue de l’esprit, car je n’ai jamais vu de plantes se blesser même en étant serrées). Voici l’expérience que j’en ai faite, le pommier planté il y a 10 ans entre des genets est aujourd’hui 2 fois plus grand que ceux que j’ai plantés ailleurs.

Comment semer ou planter un arbre fruitier? une foret de fruits? Pourquoi des graines en semis direct? Variétés fidèles par semis? Semez ou prêtez vos terres?

stand au forum des associations d'aix en provence

But 1: Faire don de souveraineté alimentaire durable (introduire des fruits souverains: fidèles par semis ou drageons, capables de se reproduire seuls, ils pourraient former des forets comestibles ou nourricières pour les millénaires à venir).

But 2: Faciliter l’accès aux infos et graines correspondantes, dans une optique frugivore et permaculturelle.

Continuer la lecture de « Comment semer ou planter un arbre fruitier? une foret de fruits? Pourquoi des graines en semis direct? Variétés fidèles par semis? Semez ou prêtez vos terres? »

Sorbus domestica, sorbier torminalis, …: 4 meilleurs alisiers et cormiers

voir dans cet autre article un autre surnommé « alisier »

Sorbus domestica est assez connu dans la flore sauvage française, haies et chemins, le sorbier domestique mériterait être plus largement répandu car les fruits jaunes tombés au sol deviennent délicieux lorsqu’ils sont blets (mous et bruns), un de mes préférés pour une consommation massive 🙂

sorbus domestica pomifera mûrit en septembre tandis que s. d. pyriformis mûrit en octobre. Un autre mûrirait en aout.

soulagerair les pieds et jambes lourdes (gonflées) en améliorant la circulation

 

parmi les sorbus autres que domestica:

j’ai goûté aria, aucuparia et torminalis. Selon cette dégustation et les autres infos données par PFAF, il semblerait que  mougeotii soit + sucré:

« Fruit – crus ou cuits [3, 105]. Mangé début Septembre, le fruit était pas tout à fait mûr, mais avait déjà développé un goût légèrement sucré agréable et une texture farineuse, il a fait un dessert très acceptable [K]. Préféré blet: Cela implique le stockage des fruits dans un endroit frais et sec jusqu’à ce qu’il soit presque, mais pas tout à fait pourri. A ce stade, le fruit a un goût délicieux, un peu comme un fruit tropical luxuriant [K]. Le fruit est jusqu’à 8 mm de diamètre [200]. Le fruit est d’environ 10 mm de diamètre et est produit en assez grandes grappes qui rendent la récolte assez simple [K].

 

Voici un tableau comparatif avec des liens actifs pour voir et photos et infos en anglais.

Les hauteurs indiquées par Pfaf sont moyennes, pas maxi. C’est ce que j’ai parfois constaté. A propos des Sorbiers Ké20 me prévient cette fin 2017 avoir vu des Sorbus aria de 20m, ce qui corrobore Wikipédia qui annonce des hauteurs maxi de 20m pour Sorbus aria, 33m pour Sorbus torminalis. PFAF indique 12m pour S. aria et 15M qui serait plus proche du maxi pour Sorbus domestica, qui ne dépasse pas 8 à 12m dans le sud de la France.

Les sorbiers domestiques et des oiseaux ont en commun des feuilles multiples (reconnaissables de loin), mais des fruits très différents. Americana, commixta, …, ont le même type de feuilles mais on les trouve pas habituellement en france.

Les autres sorbiers remarqués pour leur goût ci dessous, ont des feuilles simples:

Search for : sorbus

Latin Name Common Name Family Synonyms Note de goût Différences
Amelasorbus jackii Jack’s amelasorbus Rosaceae 2 2m
Sorbus alnifolia Korean Mountain Ash Rosaceae Micromeles alnifolia. 1 15m
Sorbus americana American Mountain Ash Rosaceae S. microcarpa. 1 10m
Sorbus aria Whitebeam, Chess-apple

Alisier blanc, Allouchier

Rosaceae Aria nivea. Crataegus aria. Pyrus aria. 3

doux

12m

doux mais peu sucré

Sorbus aucuparia Mountain Ash, European mountain ash

sorbier des oiseaux

Rosaceae Pyrus aucuparia 2

amer

15m

amer et peu sucré

Sorbus austriaca Rosaceae 2  10m
Sorbus commixta Rosaceae 1 10m
Sorbus decora Showy Mountain Ash Rosaceae 1  10m
Sorbus devoniensis Devon Whitebeam Rosaceae 3  13m
Sorbus domestica Service Tree cormier (ou sorbier) domestique Rosaceae Cornus domestica. Pyrus sorbus. 5

doux sucré

15m

fructifie au soleil

doux et sucré quand blet

Sorbus gracilis Rosaceae 1 2m
Sorbus hybrida Swedish Service Tree, Oakleaf mountain ash Rosaceae S. fennica. S. meinichii. S. pinnatifida. Crataegus fennica. Pyrus fennica. P. firma. P. pinnatifida 1 9m
Sorbus intermedia Swedish Whitebeam Rosaceae S. scandia. S. suecica. Crataegus aria scandia. C. aria suecica. Pyrus intermedia. 2 12m
Sorbus japonica Rosaceae Pyrus aria kumaonensis. 1 20m
Sorbus lanata Rosaceae Pyrus lanata. 3 10m
Sorbus latifolia French Hales, Alisier de fontainebleau, photo exacte ici: https://www.cirrusimage.com/tree_European_mountain-ash.htm

différent de s. confusa qui est aussi aria x torminalis, mais confusa est stérile. Latifolia se sème fidèlement.

Rosaceae Crataegus latifolia. Pyrus intermedia latifolia. P. latifolia. 4 14m

aria x torminalis

fidèle, fixé

goût exotique

Sorbus mougeotii Rosaceae S. anglica. 4 18m

peut-être doux sucré

Sorbus pohuashanensis Rosaceae Pyrus pohuashanensis 1 10m
Sorbus sambucifolia Siberian mountain ash Rosaceae 2 ?
Sorbus scopulina Western Mountain Ash, Greene’s mountain ash, Cascade mountain ash Rosaceae S. sambucifolia. non Roem. 2  4m
Sorbus sitchensis Sitka Mountain Ash, Western mountain ash Rosaceae 1 1,8m
Sorbus species Rosaceae 2  10m
Sorbus thibetica Tibetan whitebeam Rosaceae Pyrus thibetica. 3  20m
Sorbus torminalis Wild Service Tree, Checkertree Alisier torminal
Rosaceae Crataegus torminalis. Pyrus torminalis. 4

acide

20m

fructifie à (mi)-ombre

acidulé

parfumé

Sorbus vestita Rosaceae S. cuspidata. 1  10m